Conseils
Conseils
Faits

En quoi cela concerne-t-il l’ocytocine?

Comment cette hormone influence-t-elle la conception, la naissance et l’attachement mère-enfant?

La plupart des personnes qui entreprennent le voyage parental entendent parler de l’ocytocine. Rien de surprenant puisque cette hormone est interconnectée avec plusieurs de nos fonctions neurologiques et physiologiques parentales précoces. Par ailleurs, selon un article récent paru dans Nature Magazine, l’ocytocine a été faussement étiquetée comme l’hormone du désir et du bien-être1.

En vérité, l’ocytocine est une hormone très complexe qui ne peut être réduite de façon si simpliste. Elle joue un rôle prépondérant (en s’associant avec d’autres hormones) dans plusieurs de nos moments de bonheur et d’amour quotidiens, en particulier lorsqu’il s’agit de relations sexuelles, d’accouchement et de parentalité, incluant l’attachement mère-enfant.

Il est inutile de connaître en profondeur les particularités de l’ocytocine. Mais savoir comment à la base cette hormone agit sur nous peut nous aider à mieux comprendre notre propre comportement. Et à comprendre pourquoi elle favorise des liens d’attachement plus solides avec nos enfants et nos familles.

Qu’est-ce que l’ocytocine?

L’ocytocine, produite par le corps pinéal, joue un rôle dans de nombreux processus vitaux essentiels et contribue à jeter les bases de relations saines. Ce neurotransmetteur agit sur notre corps et notre cerveau. Il exerce un rôle significatif durant les relations sexuelles, l’accouchement, le rétablissement post-partum, l’allaitement et le processus d’attachement.

Idéalement, nous aimerions recevoir un taux massif d’ocytocine. Toutefois, le taux exact libéré varie en fonction l’action physiologique en cause. C’est le touché qui, avant tout, favorise la sécrétion d’ocytocine, qui est aussi libérée (en taux idéals et importants) durant l’accouchement, les contractions, et au fur et à mesure que le col de l’utérus se dilate. Si c’est au moment d’accoucher qu’a lieu la plus forte décharge d’ocytocine, sachez que l’hormone n’est pas libérée en une seule fois. Le corps s’adapte aux changements hormonaux, et ce, graduellement durant l’accouchement.

Nous recevons aussi une concentration d’ocytocine durant un simple baiser; d’ailleurs, des études récentes ont révélé qu’un baiser qui dure 30 secondes procure au corps le taux d’ocytocine dont il a besoin. Je sais, ça semble bref, mais faites le test! La sensation dure longtemps et ça fait tellement de bien.

Pouvons-nous influencer l’ocytocine?

Malgré l’importance des recherches existantes sur le corps humain et les hormones, il est fascinant de constater que nous en savons que très peu sur la façon dont fonctionne réellement ce processus. Alors que les particularités de l’ocytocine dépendent de chaque individu et de sa constitution, il est connu que sa libération équilibrée est essentielle pour notre corps et notre cerveau afin de profiter avec succès de ses soi-disant bénéfices (je le dis avec précaution, le terme succès ne s’applique pas nécessairement à tout le monde).

Donc, comment pouvons-nous agir sur la faculté qu’a notre corps de libérer de l’ocytocine?

Le toucher. Qu’importe le contact, à condition qu’il soit positif et accepté. Cela peut se traduire par un massage, un baiser, ou bien tenir par la main de votre partenaire et lui faire un câlin. Ou d’échanger de plus longs baisers, et de prévoir un massage afin de recevoir votre dose quotidienne.

La stimulation des mamelons. Ce n’est pas pour rien que l’on vante cette méthode naturelle de déclenchement du travail : ça fonctionne vraiment. On considère comme essentielle la libération de l’ocytocine durant le processus de la naissance, puisqu’elle favorise la dilatation du col de l’utérus et sa disparition.

Lorsque vous allaitez (ou tirez votre lait), votre bébé stimule vos mamelons et envoie un message à votre cerveau afin qu’il libère l’ocytocine. Dès lors, votre corps laissera couler le lait. Souvent, l’écoulement du lait procure une sensation de plénitude et de calme.

Si vous choisissez de ne pas allaiter, ou si vous ne pouvez pas le faire, il existe d’autres moyens de favoriser la libération de l’ocytocine afin de vivre ces sentiments positifs. Tenir votre bébé près de vous lorsque vous le nourrissez à la bouteille, le vêtir, dormir près de lui, le prendre et le cajoler sont des gestes qui vous aideront en ce sens.

La détente et la santé en général. L’ocytocine aide à instaurer un état de détente, mais pour ce faire vous devez lui tracer la voie. Par la respiration, les soins personnels, le yoga, l’exercice, le sommeil et l’alimentation saine, vous aidez votre corps à libérer cette hormone qui, alors, amplifiera la sensation de relaxation.

Environnement2. Lorsque vous êtes stressée, votre corps entre en mode survie et empêche l’ocytocine de se manifester. Nous savons pertinemment que le stress et la peur peuvent perturber l’accouchement, l’allaitement et le processus d’attachement de façon importante. Il existe un large éventail de méthodes et de réseaux de soutien pour vous aider à créer des lieux confortables et propices. Parmi ceux-ci, vous pouvez avoir recours aux services d’une doula durant l’accouchement et au cours du post-partum; faire appel à des consultants en lactation, à des groupes de mamans et à du soutien approprié à vos besoins; ou encore, solliciter de l’aide auprès de votre collectivité.

Le message à retenir

Étant donné que la société dans laquelle nous vivons est trépidante, nous avons besoin d’obtenir de l’information claire et concise. En outre, il importe de se rappeler que notre corps et notre cerveau sont des organismes complexes. Et que rien ne fonctionne en vase clos : une multitude d’hormones et de facteurs externes bouleversent notre corps au cours de la grossesse, de l’accouchement et de la période post-partum.

Vous n’avez donc pas à connaître toutes les particularités de l’ocytocine. Toutefois, il peut être utile de savoir de quelle façon cette hormone agit sur nous, et comment nous pouvons influencer sa libération afin de favoriser une activité sexuelle, un accouchement et un lien d’attachement plus satisfaisants. Bien que tout ne se résolve pas par un baiser de 30 secondes, il n’y a rien de mal à recevoir des câlins et des étreintes durant votre journée. Croyez-moi, vous serez reconnaissante de ces manifestations d’amour.

1 http://www.nature.com/news/neuroscience-the-hard-science-of-oxytocin-1.17813

2 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4356154/